image_pdfPDFimage_printImprimer

ALAIN JUPPE RECU PAR LE PRESIDENT ABDELAZIZ BOUTEFLIKA

ALAIN JUPPE RECU PAR LE PRESIDENT ABDELAZIZ BOUTEFLIKA

Avant de regagner Paris après un séjour de 3 jours en Algérie, Alain Juppé a été reçu par le Président Abdelaziz Bouteflika. L’entrevue a eu lieu en présence du 1er Ministre Abdelmalek Sellal, du Minsitre des Affaires Etrangères Ramtane Lamamra , de Noureddine Bedoui Ministre de l’intérieur et de Abdelmalek Bouchouareb Ministre de l’Industrie. Audience à l’issue de laquelle Alain Juppé Maire de Bordeaux et Président de Bordeaux Métropole a souligné « l’excellence des relations bilatérales Algéro-Françaises » particulièrement dans le domaine économique et tout l’intérêt des 2 pays à développer davantage ces relations.

Alain Juppé a été également reçu par le 1er Ministre Abdelmalek Sellal pour un entretien particulier au cours duquel ils ont abordé plusieurs sujets d’ordre politique et économique et particulièrement le volet relatif à la coopération décentralisée ainsi que la nécessité de multiplier les partenariats des jumelages en vue du développement des territoires et des régions réciproques. A l’issue de ces entretiens chaleureux et empreints d’amitié, Alain Juppé a tenu une conférence de presse où il a indiqué que les contacts de haut niveau qu’il a eu avec les responsables algériens ont favorisé une large convergence de vues sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun comme celles économiques au moment où l’Algérie a besoin de diversifier son économie et multiplier les partenariats. Pour Alain Juppé: « l’Algérie reste un partenaire essentiel pour la France » du fait du destin commun qui les lie, estimant par ailleurs qu’il faut mettre en place une politique équilibrée qui cultive l’amitié avec l’ensemble des pays de la région ».

Interrogé sur la question migratoire, le Maire de Bordeaux a affirmé à ce sujet : »si nous voulons mettre un terme aux flux migratoires, il faut mettre un terme aux conflits ».

Evoquant la situation des conflits notamment en Syrie, en Lybie et au Mali, Alain Juppé a considéré qu’il faut sur ces questions soutenir absolument le processus de réconciliation nationale pour mettre un terme aux déséquilibres de la région.

Un séjour court mais dense en relations devait-il préciser avant son retour à Paris.

JACKY NAIDJA

 

Partagez notre article :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin