l’Antigone d’Or au film « MANUEL » de Dario Albertini (Italie-2017)

Et à Sofia Djama: le 1er Prix Etudiant de la Première Œuvre pour son long métrage « les bienheureux » avec Sami Bouadjila. (France/Belgique 2017)

Après 8 jours d’intenses activités cinématographiques et de projections de films venus de tout le pourtour méditerranéen, accompagnés par des réalisateurs de renom et des artistes prestigieux, Cinemed baisse le rideau après un festival des plus triomphants et un palmarès à la hauteur de ses ambitions.

Présidé par Aure Atika le jury a rendu donc son palmarès au cours d’une belle cérémonie devant un public chaleureux et conquis dans une bonne ambiance où la jeunesse a pris toute sa place pour décerner le Prix de l’Antigone d’Or à « Manuel », le 1er film de l’Italien Dario Albertini. Une histoire qui raconte la sortie de l’orphelinat d’un jeune homme de 18 ans, rôle porté à l’écran avec authenticité et justesse par Andréa Lattanzi, raflant par ailleurs un autre prix: le Prix Nova Award. Après la Tunisie, le Maroc, c’est l’Algérie cette année qui avec sa jeune et nouvelle garde bouillonnante du cinéma venue en force avec de nombreux films inédits qui était la plus en vue et courtisée dans ce festival. Pas moins de 15 réalisateurs et comédiens professionnels aguerris sont venus témoigner par leur travail du renouveau du cinéma algérien qu’ils veulent coûte que coûte sortir de l’ombre. Le jury a octroyé une distinction particulière  à l’occasion de l’Antigone d’Or au film » les Bienheureux » de Sofia Djama qui vient confirmer avec brio son talent de réalisatrice avec le Prix Etudiant de la Première Œuvre. Le même prix qu’elle a déjà reçu à Namur en Belgique ainsi que le Brian Award attribué à son film, le Prix Lina Mangiacapre récompensant l’œuvre pour l’image des femmes au cinéma, autres prix qui lui ont été décernés à la 74è Mostra de Venise tout récemment avant Cinemed.

Dans son film les bienheureux avec Sami Bouajila, Nadia Kaci, Lyna  Khouidri, Sofia Djama nous transporte à Alger quelques années après la guerre civile où un couple d’algérois va fêter son 20è anniversaire de mariage au restaurant. Durant leur trajet, ils viennent à évoquer leur Algérie et l’avenir de leurs enfants dans un pays qui peu à peu se referme sur eux et voit leurs espoirs s’évanouir. D’où une certaine désillusion qui va s’installer et laisser libre cours à leurs rêves inachevés. Un récit s’inspirant d’une nouvelle que Sofia Djama a  écrite en 2008. Ce film sortira en salles dès le 13 décembre 2017.

Le jury a parmi d’autres récompenses attribuer une aide financière   importante sous forme d’apport de post production à Damien Ounouri réalisateur franco-algérien, qui a réalisé KINDIL en 2016 et s’est distingué pour son projet de film « La Dernière Reine » qu’il a coécrit avec Adila Bendimerad scénariste algérienne qu’il portera bientôt à l’écran.

L’Algérie avec sa « nouvelle vague de cinéastes » a marqué d’une pierre blanche ce festival auquel le public de Montpellier et de l’Agglomération lui a rendu un hommage bien mérité. Incarnant la mémoire du cinéma algérien tout en s’inspirant de l’actualité du moment de leur pays avec des films remarquables et un talent tout neuf. Restant  bien déterminée à jouer de grands rôles à l’avenir dans l’actorat, la réalisation et la production. Cinemed peut s’enorgueillir cette année pour ce choix judicieux de l’Algérie qui a apporté un ton plus triomphant et enrichissant, presque inédit au festival aux côtés  du  film »Razzia » de Nabil Ayouch qui a eu l’honneur d’ouvrir cette 39è édition et recevoir un accueil lui aussi retentissant. Tout a été programmé pour faire de ce festival, un lieu où la femme, la jeunesse sont au cœur de nombreux films, longs ou courts métrages et  autres documentaires, italiens, espagnols, turcs, grecs ou libanais par exemple, poursuivant son attachement à inviter par ailleurs quelques grandes pages du cinéma algérien avec cette fois- ci 15 films de Merzak Allouache. Cet immense réalisateur à qui une rétrospective lui a été dédiée et que le public jeune et moins jeune de Montpellier a eu grand plaisir à découvrir ou à revoir dans ce patrimoine de films algériens. Un travail qu’accompli Cinemed et que le circuit commercial ne prend pas souvent en compte comme le cas de deux films » Madame Courage et Enquête au Paradis »de Merzak Allouache qui n’ont pas trouvé de distributeurs au jour d’ aujourd’hui .

Autre prix couronnant un autre succès dans la compétition documentaires avec le Prix Ulysse CCAS Montpellier méditerranée Métropole à « Off frame ou la Révolution jusqu’à la Victoire » de Mohamed Yaqubi (Palestine/France 2016) où il est question d’un ancien mineur devenu artiste et activiste, en utilisant l’art à sa manière veut empêcher les autorités locales de détruire les bâtiments historiques de sa ville Petrila.

Comme il est de tradition à Cinemed, et en soirée de clôture après le Palmarès a été présenté en avant première le film époustouflant « Plonger » (2017) avec Pierre Lelouche et Maria Valverse. Le 3è long métrage de Mélanie Laurent qui va bientôt sortir sur les écrans.

Un autre moment de cinéma grâce à Cinemed, prodigieux celui là, avec le film » La Villa » de Robert Guédiguian et Ariane Ascaride, Pierre Daroussin et Robert Meylan que le grand public de Montpellier a découvert en avant première programmée par Cinemed, présenté par l’auteur et son équipe au Corum et au cinéma Diagonal à guichets fermés et devant la presse du festival. Un film dont le succès est déjà annoncé au vu de l’accueil qui lui a été réservé dans ces deux projections. Un film aux images sublimes, autour d’un récit familial tourné par des acteurs brillants à Marseille, du côté de l’Estaque,  raconté et axé sur des valeurs de famille et au centre desquelles se joue la relève dans cette famille. L’arrivée et l’accueil dans les lieux de migrants va alors questionner l’auteur. Un thème cher à Robert Guédiguian qui par la profondeur de sa vision et de son laborieux génie va révéler au récit son côté humaniste et attachant qui pose les vraies questions sur la société actuelle. Un film qui parle aux gens, qui parle au monde et du lien entre les hommes. Sortie du film en salles le 29 novembre.

Comme il est de tradition à Cinemed, et en soirée de clôture après le Palmarès, a été présenté en avant première le film époustouflant ‘Plonger » de Mélanie Laurent avec Pierre Lelouche et Maria Valverde. Le 3è long métrage de la réalisatrice qui va bientôt sortir sur les écrans.

JACKY NAIDJA