HUMAN LE FILM DE YANN ARTHUS BERTRAND PRESENTE HIER A LA PRESSE A PARIS AU CINEMA MAC MAHON

Interview Yann Arthus Bertrand

« COMMENT ESPERER AMELIORER LA MARCHE DU MONDE SI ON VIT DANS L’IGNORANCE DE SES VOISINS »? ( Yann Arthus Bertrand)

A l’issue de la présentation hier de son film Human à la Presse au Cinéma Mac Mahon à Paris, Yann Arthus Bertrand réalisateur a accordé un entretien exclusif à notre quotidien Reporters.dz pour parler de son livre d’abord à paraitre le 17 septembre aux éditions de lamartinière et évoquer un certain nombres de sujets relatifs à la Cop 21 et au climat, la Méditerranée et les migrants ainsi que d’autres questions se rapportant directement à son film.
« HUMAN » qui sortira sur les écrans en France le 12 septembre sera projeté à cette même date en avant-première à New York aux Nations Unies dans la grande salle de l’Assemblée à l’occasion du 70è anniversaire de l’ONU. Diffusé également sur France 2 fin septembre lors d’une soirée thématique dans une version spécialement montée pour la télévision avant une autre présentation spéciale hors compétition à la Mostra de Venise le 7 sept. Il est attendu aussi à la conférence internationale sur le Climat ( la cop en décembre 2015) à Paris .De même qu’il est prévu une projection de ce film à la fête de l’humanité prochainement.
Dans ce nouveau film où il est surtout question de valeurs fortes d’humanité, de partage et d’engagement, c’est le portrait bienveillant et sensible de la Terre et de ses habitants, de belles personnes qui n’ont pas d’argent, qui vivent dans la rue, souvent dans la solitude et qui s’adressent aux autres. Que nous disent-elles surtout? « Regardons autour de nous, ouvrons les yeux et arrêtons d’être egocentriques ». Tel est le grand message particulier de ce film… Un tableau que Yann Arthus Bertrand a dressé avec son côté très esthétique par des images inédites qu’accompagne la musique extraordinaire tel un opéra d’Armand Amar, dont on prend grand plaisir à regarder comme une galerie de personnages ou une exposition de portraits de gens simples parlant librement , qui défilent sous les yeux des spectateurs non sans une certaine émotion évidente. Cela vient particulièrement du regard que le réalisateur a posé sur ces gens et leur environnement pour les interroger sur leur vie, leur sort et qui lui ont répondu avec émotion, sensibilité , amour et intelligence.
Un film qui se veut libre et dont Yann Artus Bertrand en rêvait depuis longtemps: « Un de mes meilleurs films » nous a t il confié qui a pour objectif  » de créer du lien autour de tous ces témoignages très forts de gens, très différents des quatre coins du monde. » Un film qui parle aussi aux autres, de pauvreté, de santé, d’handicap, de viol, d’homosexualité. Ce sujet tout particulièrement tabou dans certaines régions du monde que le réalisateur a voulu à tout prix intégré grâce à des témoignages aussi émouvants que sincères et pleins de pudeur de toutes ces personnes interrogées au plus près de la caméra.
Engagé et ambitieux , Human rappelle sans cesse la valeur de l’humanité qui interroge tout le monde sur le devenir de la Terre, de ses hommes à la recherche d’un mieux vivre ensemble, sur la condition humaine, le bonheur, la guerre et l’amour aussi. Et bien sûr l’immigration dont le réalisateur connait bien toute l’histoire. En somme toutes ces questions qui fondamentalement tiennent une grande place dans ce long métrage avec cette idée à lui de tenter de rassembler la plupart des populations autour de tous ces questionnements touchant aussi à la solidarité.
Pour Yann Arthus Bertrand, certains sujets sont universels et chaque expérience est unique. Rappelant qu’il a interrogé 2.000 personnes dans 60 pays avec cette idée majeure « de créer surtout du lien et des débats sur ces sujets sociétaux qui concernent l’ensemble de l’humanité quand « on oublie souvent de s’arrêter pour écouter et apprendre simplement des autres » confie t–il.
Et de préciser que son film de 3 heures de projection aussi importante, lui a valu 3 ans de travail et 110 tournages. Il n’aurait pas exister s’il n’y avait pas cette production unique en son genre en partenariat avec la fondation Bettencourt-Shueller qui a financé intégralement le film porté à bout de bras par sa Fondation GoodPlanet dont il préside les destinées pour le conduire vers ce projet humain et laisser voir et comprendre le travail exceptionnel de ses équipes de tournage dans tous ces pays visités. Pour le réalisateur Human reste une œuvre profondément originale et écologique de cette décennie comme « un projet global pour sublimer l’humanité, » qui doit être librement et le plus largement diffusée gratuitement.

Le film soutenu par l’Association des Maires de France, France 2 et Google sera disponible gratuitement sur Youtube et aussi sur Google très bientôt.

JACKY NAIDJA
Contact: www.human.themovie.org

La vidéo de l’entretien

https://www.youtube.com/watch?v=O-HqULQ5nLY