image_pdfPDFimage_printImprimer

5è EDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU DESSIN DE PRESSE DE LA CARICATURE ET DE LA SATIRE

Festival international du Dessin de Presse, de la caricature et de la satire

Le Festival International du Dessin de Presse, de la caricature et de la satire (FIDEP) a été inauguré samedi pour sa 5ème édition. Programmé du 19 au 25 septembre à l’Estaque Marseille.

C’est sur le thème «Liberté et Résistance» que les caricaturistes ont croqué l’actualité de cette année, avec comme devise: «L’Estaque pour le meilleur et pour le rire».

Ce sont 45 caricaturistes et dessinateurs, venus des quatre coins du globe et logés chez les habitants du quartier, qui ont répondu présents et répandu leurs encres dans les allées du port de l’Estaque en présence d’un public émerveillé.

Durant cette semaine festivalière, les dessinateurs invités sont intervenu dans des écoles, des collèges et lycées et le public a eu accès à une série de manifestations dans divers lieux de ces quartiers. Des expositions, concours pour les plus jeunes, échanges, débats et dédicaces, représentation théâtrale et projection d’un film hommage à Siné : «Mourir ? Plutôt crever !» à l’Alhambra ont séduit un public qui a chaviré devant la carrière de ce prodigieux dessinateur assassiné dans l’attentat du journal Charlie Hebdo et auquel un hommage particulier lui a été rendu. Hommage en présence de Chloé Verlhac, épouse de Tignous, lui aussi disparu dans la même tragédie.

Lors de l’ouverture officielle en présence des organisateurs du Fidep, des partenaires institutionnels et privés et du Préfet de Police des Bouches-du-Rhône Laurent Nunez, tous ont tenu à souligner leur ferme détermination à maintenir l’évènement, malgré la menace terroriste qui pèse sur la France.

Avec l’inauguration de cet événement autour de la caricature, les organisateurs et les élus qui portent en avant ce festival depuis des années déjà ont affiché plusieurs raisons de croire en cette manifestation populaire devenue une valeur sûre grâce à son succès. Mireille Lando la présidente du Fidep avec sa nouvelle équipe, croit d’autant plus en cet événement ancré fortement dans le cœur de la population impliquée dans le paysage culturel de Marseille et de l’Estaque. Avec sa nouvelle équipe et ses bénévoles remarquables dans l’organisation, Mireille Lando a réussi une gageure, même si les crédits sont en baisse, il y a ce poids fort du public toujours plus nombreux (3.000 personnes) et toujours plus fidèle.

Le Festival International du Dessin de Presse un lieu d’expression

La cérémonie officielle, qui a attiré une nombreuse foule, a permis aux organisateurs et élus présents de s’exprimer tour à tour.

Arlette Fructus élue à la région et à la Ville de Marseille et partenaire du festival, a d’emblée, dit tout le bien qu’elle pensait de cette manifestation. Arguant que, par ses actions, elle répondait totalement à la cohésion sociale par ses activités culturelles sur le terrain qui tendent à tisser des liens forts entre tous. Pour elle, cette cohésion s’appuie objectivement sur les atouts majeurs de ces hommes et de ces femmes qui se complètent, en se nourrissant de leurs différences. Et de rassurer sur une qualité indispensable, illustrée par les caricaturistes : « la passion » comme celle qui anime les bénévoles et les organisateurs, à l’image du fondateur de ce festival Fathy Bourayou.

Samia Ghali Sénateur-Maire, qui a porté le festival à bras le corps depuis sa création et continue de l’aider dans sa stabilité en contribuant à son développement culturel en annonçant l’ouverture prochaine en octobre, de la 1èreécole publique de la caricature et du dessin unique en France. Ce projet, permettra à des enfants, dès l’âge de huit ans, d’acquérir les enseignements et les outils nécessaires à la compréhension du dessin satirique. Un vrai combat contre l’ignorance et les préjugés et surtout, une première dans tout le pays.

Samia Ghali insistera particulièrement sur les valeurs de tolérance et de solidarité des habitants qui ont reçu chez eux, et comme chaque année, les caricaturistes invités.Signe d’une relation exceptionnelle d’échanges, désormais bien installée dans ce côté de Marseille. Un modèle de dynamisme culturel bien en place, que la Sénatrice entend bien soutenir de toutes ses forces pour la prochaine édition. Elle insistera également, sur la démarche originale et réaliste tenant compte à la fois des nécessités et du désir de réussite qui tente de porter un autre regard sur le savoir faire, la création par le dessin au profit des jeunes et des moins jeunes. Plus qu’un outil, ce festival, par ses activités durant l’année scolaire poursuit ses ateliers, ouverts à tous et avec pour principale préoccupation la formation de jeunes futurs talents issus du terroir.

Pour Fathy Bourayou, directeur artistique du festival : «Il faut que la peur change de camp», en allusion au climat d’insécurité qui règne. A son sens, le festival doit se développer pédagogiquement afin de demeurer un lien de cohésion sociale et de solidarité entre tous. Le Préfet Laurent Nunez présent à cet événement et qui a garanti  une totale sécurité des lieux par les services de police, a encouragé les organisateurs à poursuivre leur travail, promettant de tout mettre en œuvre pour le perpétuer l’année prochaine. Henri Jibraël, Député et Conseiller départemental a salué quant à lui les efforts du Préfet de Police pour assurer la sécurité de l’évènement en cette période difficile. S’engageant par ailleurs lui aussi à soutenir le festival l’année prochaine.

Remise des prix et convivialité

Une statuette à l’effigie caricaturée de Samia Ghali lui a été remise au nom des organisateurs et des festivaliers. Une attention toute particulière à son endroit pour tous les efforts qu’elle aura déployé dans la concrétisation et la réalisation d’un tel événement prestigieux auquel les habitants de l’Estaque tiennent particulièrement.

Le festival s’est achevé dimanche, dans la liesse populaire, avec la remise des prix et la clôture en fanfare de cette 5è édition. On retiendra surtout l’ambiance de convivialité et de partage, alliée à l’engouement remarquable du public marseillais qui a prévalu tout au long de ces journées, mettant en lumière l’expression de la liberté de la Presse par le dessin, l’humour et la dérision…

Une semaine riche d’échanges, sous le signe du partage, de l’amitié et de la tolérance.

Jacky NAIDJA et Mia PROAL

Page Facebook officielle

Palmarès du Festival:

Prix du Jury: Chichi d’or: Yassin.

Prix du Public: Panisse-Nardi

Carafe Ricard: TignousGab

 

 

 

Partagez notre article :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin