FIDEP BASTION DE LA CARICATURE MONDIALE à L’ESTAQUE
image_pdfPDFimage_printImprimer

FIDEP BASTION DE LA CARICATURE MONDIALE à L’ESTAQUE (MARSEILLE)

De Marseille JACKY NAIDJA
Pendant cinq jours, L’Estaque, avec ses nombreux caricaturistes de renommée mondiale, a été le bastion international de la caricature et du dessin de presse.

Le FIDEP, qui a fermé ses portes hier, au grand dam de ses visiteurs, a rendu les prix de son prestigieux palmarès devant un public toujours aussi nombreux, aux multiples identités qui composent son formidable terreau dans ces quartiers nord de la ville de Marseille. Ces quartiers qu’on présente souvent comme difficiles à cause de l’insécurité qui y a régné mais aussi le chômage élevé que vit sa population.
Loin s’en faut, ce petit coin de paradis de l’Estaque a démontré pendant ces 5 jours de festivités grandioses dans la rue , au plus près des enfants et des adultes que la sécurité était bien là, bien assurée comme l’avait promis à l’inauguration du festival Laurent Nunez, le Préfet de Police.
L’animation – la troupe Camapa et des échassiers, la joute musicale avec la Banda des Docks ou la grande parade des Zébulons à travers les rues, au pied des commerces ouverts pour la circonstance et la fanfare Fierabras – a été le clou du succès de ces temps forts du festival, avec la présence côte à côte des caricaturistes tout le long de l’avenue qui ont croqué des portraits des uns et des autres à n’en plus finir…jusqu’à l’heure de fermeture. Le réel et l’imaginaire du monde du dessin et de la caricature se sont largement côtoyés dans ce festival et ont permis aux visiteurs de tous bords d’entrer dans le cœur de cette fête avec un engouement très fort et une joie immense. S’imposant avant tout autour de deux valeurs : la solidarité et le partage. Ces valeurs essentielles que le FIDEP entretient depuis sa création, il y a quatre ans, et que Samia Ghali, sénatrice et maire de ces quartiers, ne cesse d’appeler de ses vœux, comme lors de son intervention à la clôture du festival, en insistant pour que «ces valeurs, et pas les seules, doivent s’élargir encore plus devant les difficultés sociales dans ces quartiers pour mieux partager au quotidien certaines préoccupations comme la lutte contre le chômage ou l’insécurité dont les habitants unanimes rongés par l’inquiétude ne veulent plus entendre parler de ce tableau noir qu’on dresse de leurs quartiers». Et d’annoncer avec surprise que sur sa proposition, le FIDEP en tant qu’association vient d’être reconnue pour intégrer l’université de la caricature (en création), relevant du ministère de l’Education Nationale. Robert Guediguian, cinéaste marseillais bien connu et parrain du festival qu’il a présidé. Au cours de la remise des prix, il a mis l’accent, lui aussi, sur la place du festival ancré dans ces quartiers qu’il faut aider pour le pérenniser.

Et d’annoncer les prix du jury :
Chichi d’or: Phil Decressac (France)
Panisse d’or : Pascal Gros (France)
Carafe Ricard – Prix Tignous : Djony (France)
Avec une mention spéciale de reconnaissance à Vincent Sarrazin, qui a réalisé sur une toile géante le portrait de Tignous sous les yeux du public.

Et comme l’a fait remarquer Samia Ghali, s’il fallait ajouter au palmarès une autre récompense, c’est au FIDEP et à ses bénévoles, accompagnés par les agents de la municipalité qui ont aidé au succès du festival, qu’il fallait aussi la décerner. Le FIDEP est désormais reconnu internationalement avec ses marques à L’Estaque où il reste implanté dans la réalité pour continuer à porter, à travers le dessin et la caricature, les vraies valeurs d’échange et de paix.

Partagez notre article :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin