image_pdfPDFimage_printImprimer

Festival international du dessin de presse de la caricature et de la dérision (Fidep): Sous le signe du rire-ensemble et du vivre-ensemble

L’ouverture, avant-hier à Marseille, de la 4e édition du Fidep, lors d’une cérémonie aussi joyeuse que festive, a attiré une grande foule à la Maison associative, dont 45 caricaturistes considérés comme de grandes figures emblématiques du dessin venus du monde entier.

Festival international du dessin de presse de la caricature et de la dérision (Fidep): Sous le signe du rire-ensemble et du vivre-ensemble

De Marseille, Jacky Naidja
Etaient présents à cette cérémonie Samia Ghali, sénatrice et maire des XVe et XVIe arrondissements de Marseille, avec à ses côtés Henri Djibraël, député, Patrick Mennucci député, le préfet de police de Marseille et d’autres élus, comme Castaner (maire de Forcalquier) qui, avec une certaine et forte émotion, a rendu hommage aux responsables du festival et remercié tous les invités présents ainsi que les artistes en résidence à L’Estaque pour cette manifestation.
Cette programmation éclectique toute particulière a été l’occasion de rendre hommage au célèbre caricaturiste Tignous, assassiné lors de l’attentat contre Charlie Hebdo, représenté par sa femme présente au festival. Tignous a marqué les esprits avec son slogan «Rire ensemble, vivre ensemble».
Comme chaque année depuis quatre ans, le festival aux compétences de haut vol, qui attend quelque 5 000 visiteurs ce week-end, a déjà montré, lors de son inauguration beaucoup de vitalité, réservant un accueil des plus chaleureux aux premiers visiteurs des caricatures géantes placardées à l’entrée et sur les murs de la maison des associations.
Après les remerciements d’usage des responsables du festival, Samia Ghali, qui a soutenu depuis sa naissance ce festival, a souligné toute la dynamique qu’elle entend pérenniser dans le long terme. Et d’insister qu’«il ne peut mieux se déployer que s’il est encore mieux partagé par tous dans toute sa diversité, comme celle traversée par sa programmation pour faire cohabiter des générations de professionnels du dessin et de la caricature sur un même lieu, sur un même plateau et transmettre au public ce grand art qui nous est familier de ce qui nous semblait étranger hier». Un défi que relève le Fidep pour lier la parole au mouvement, au cœur d’autres spectacles installés dans plusieurs lieux décentralisés de l’Estaque au profit de publics de tous âges. Prenant la parole en dernier, Fathy Bourayou, caricaturiste de talent, à l’origine du Festival avec plusieurs autres bénévoles, a dit tout le bien qu’il pensait de cette manifestation qui apporte une bouffée d’air pour les Estaquiens, qui leur apporte du bonheur pendant 5 jours dans ces quartiers dits difficiles où le sentiment d’abandon de la population est très fort, notamment les jeunes, ô combien hospitaliers et généreux au service d’un art majeur comme le dessin et la caricature qui leur permettent de brosser par le geste et les traits du crayon un portrait du moment. De quoi certainement s’en souvenir longtemps.
Toujours novateur, agitateur, le Fidep est désormais un défricheur de talents au service de la cohésion sociale et de la paix autour de cet art majeur désormais accessible à tous et surtout aux enfants, qui en font l’apprentissage grâce à la formation que mise à leur disposition dans les écoles et les centres sociaux par les bénévoles du Fidep tout au long de l’année.
Les œuvres issues de ces ateliers sont présentées au public tout le long du festival.

Partagez notre article :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin