MIGRANTS: L’ACCORD FRANCO-BRITANNIQUE DE CALAIS: UN TOURNANT…

MIGRANTS: L'ACCORD FRANCO-BRITANNIQUE DE CALAIS: UN TOURNANT...

L’accord de Calais signé jeudi entre la France et la Grande Bretagne représentés respectivement par Bernard Cazeneuve Ministre de l’intérieur et son homologue Theresa May va tenter de réguler un tant soit peu une situation sociale déjà très préoccupante par l’arrivée massive de quelque 107.500 migrants clandestins au mois de juillet. Un nouveau record selon les estimations de l’Agence FRONTEX chargée des frontières extérieures de l’Espace Schengen quand on sait que 340.000 sont arrivés depuis le début de cette année contre 123.500 sur la même période de 2014. C’est dire que cet accord entre les 2 pays traité dans l’urgence qui va s’étaler sur 2 ans va prévoir notamment la création d’un nouveau centre de commandement « unifié, » chargé du démantèlement des réseaux qui aident à la traversée de la Manche aux immigrants illégaux et à éradiquer toutes activités criminelles des passeurs ou autres gangs potentiels liés à ces pratiques. Un 2è volet nécessitant la sécurité renforcée du site du tunnel sous la Manche, sera assurée par des policiers Britanniques qui se joindront à leurs homologues français dont le nombre des effectifs n’a pas été encore précisé. A leur tête deux officiers aux commandes représentant chaque pays.
Parmi les mesures de sécurité figurant dans l’accord, il y a aussi le déploiement de policiers et de gendarmes en nombre dans la région de Calais, le financement par Londres de barrières de sécurité, de caméras de surveillance et de personnels supplémentaires dans le secteur du Tunnel sous la Manche qui devront surveiller, contrôler et empêcher les migrants débarquant de jour comme de nuit dans l’espoir d’un passage vers l’Angleterre.
L’accord Franco-britannique consacre en outre un 3è volet dit « humanitaire » qui sera financé à hauteur de 10 millions d’euros par le Royaume Uni.
Ce dispositif humanitaire est appelé à être quasiment renforcé sur place et amélioré. Il doit être développé suffisamment par les associations pour mieux protéger les personnes les plus fragiles dont les femmes et les enfants ainsi que les malades à qui il faut porter secours d’urgence.
Cet accord ne satisfait tout le monde et des voix protestataires s’élèvent parmi des élus et des associations qui dénoncent une situation humanitaire trop dégradée, trop longtemps laissée à l’abandon même si des aménagements ont été réalisés ici et là par les pouvoirs publics sur place. Certaines associations importantes criant au scandale et trop souvent dépassées par les événements appellent également l’Europe à trouver des solutions immédiates par des réponses justes et humaines face à l’afflux sans cesse des arrivants.
En quittant les lieux, Bernard Cazeneuve avec une certaine satisfaction à l’endroit de cette coopération « obligée » de qualité en réponse à ce dossier complexe de Calais, doit se rendre dans la foulée à Berlin pour rencontrer son homologue Allemand Thomas de Mazière pour traiter avec lui des mêmes questions des migrants. L’Allemagne en effet (81 millions d’habitants ) n’en attend pas moins de 800.000 demandeurs d’asile. De quoi laisser penser que les problèmes de la Grèce et de l’Europe sont déjà derrière nous.

JACKY NAIDJA P/ REPORTERS.DZ
jana.presse@free.FR