Migrants : Calais, l'autre drameMigrants : Calais, l’autre drame
L’Italie et la Grèce continuent d’accueillir de jour en jour malgré eux un afflux important de migrants venus par la mer décidés à tout prix à regagner la Grande-Bretagne.

De notre correspondant JACKY NAIDJA

A Calais du côté de l’accès fret du site d’Eurotunnel, ce sont 3000 migrants, selon le ministère de l’Intérieur, qui tentent tant bien que mal des intrusions par petits groupes d’assaut à travers cet accès. Le chiffre de 3700 interpellations depuis le mois de juin est avancé. Cela va sans dire que pour faire face à ces mouvements, des renforts en unités de police sont mobilisés depuis la mort d’un jeune Soudanais percuté par un camion. Ce qui porte à 9 le nombre de morts du côté français. Sur le plan sanitaire et selon Médecins Du Monde, la situation est désastreuse et les moyens manquent considérablement, notamment pour la prise en charge en soins de quelque 150 personnes en permanence par semaine. Quand beaucoup de migrants tentent des passages d’intrusion plus difficiles par le tunnel faisant beaucoup de blessés pour regagner le Royaume-Uni avec des prises de risques énormes et dangereux, d’autres en bonne conscience ne veulent pas quitter la France. Préférant, malgré tout, le centre d’accueil en se réfugiant derrière les opérations humanitaires malgré les conditions de plus en plus difficiles vu l’afflux d’un grand nombre d’arrivants d’Afghans, d’Irakiens, Syriens, Ethiopiens…, et ce, malgré l’insuffisance de places d’accueil. Il faut en effet 4 ou 5 mois d’attente avant d’obtenir un hébergement. C’est pour cela que dans la ville de Calais ou à proximité du tunnel se créent d’autres lieux de vie au gré de la proximité du tunnel qui prospèrent de jour en jour. Des conditions d’hygiène et sanitaires insuffisantes sont pratiquement dénoncées par les ONG en place. La question qui se pose en permanence est : « Qui est responsable? » Un débat s’est installé autour de la responsabilité des uns et des autres sans trouver néanmoins une solution urgente et imminente. Eurotunnel, qui a interpellé l’Etat français sur sa responsabilité notamment sur les moyens de sécurité nécessitant des pouvoirs de police et d’ordre public «qu’il n’a pas », se voit renvoyé à ses propres responsabilités. Même si le Royaume-Uni, faute de signer les accords de Schengen, a quand même la responsabilité du contrôle à la frontière française. Le ministère de l’Intérieur français par la voix de son ministre Bernard Cazeneuve estime qu’Eurotunnel n’a pas fait les efforts nécessaires et suffisants qui lui incombent pour lutter efficacement contre l’intrusion de migrants dans le tunnel sous la Manche à Calais. Et que la France le fait avec fermeté et dignité en respectant la sécurité. De quoi engager une véritable polémique juridique et administrative sur la responsabilité des uns et des autres au risque de voir les relations franco-britanniques prendre une autre tournure devant un drame humain qui va en s’amplifiant à cause principalement des guerres en Syrie et en Irak.
Reporters a voulu en savoir plus sur cette question en s’adressant à 2 parlementaires : Sophie Joissains, sénatrice des Bouches-du-Rhône et adjoint à la ville d’Aix, chargée de la culture et de la Politique de la ville, et Christian Kert Député des Bouches-du-Rhône pour recueillir leurs éventuelles réactions.