Un livre témoignage de Belkacem Ouggad qui relate avec force et crédibilité l’accident mortel de son fils survenu à Aix en Provence.

Belkacem Ouggad se confie à propos de son livre « Justice pour mon fils » qui vient de paraître aux éditions du Lys bleu* relatant  l’accident mortel du 1er Juillet 2005 avec l’ambulance des pompiers d’Aix en Provence, qui a coûté la vie à son fils Sofiane.

Un ouvrage dans lequel il dévoile avec une sincérité touchante les dessous de l’enquête et son parcours judiciaire durant 16 ans jusqu’à épuisement de tous les recours. Il y apporte  autant d’éclaircissements que de témoignages nouveaux dont la justice à un certain niveau n’en a pas tenu compte.
Avec une grande lucidité il se livre à cœur ouvert à cet entretien.

JN : votre livre tout entier est consacré à ce qu’on a appelé à Aix « l’affaire des pompiers ». Il vient d’être publié avec ce titre  « Justice pour mon fils Sofiane ».Pourquoi ce livre aujourd’hui ?

BO : C’est d’abord une histoire bouleversante, vraie, vécue douloureusement par toute la famille qui a perdu son enfant de 16 ans dans des circonstances plus ou moins floues par rapport à l’enquête menée avec précipitation par les services de police.
La procédure qui a suivi n’a pas été de mon point vue d’une grande clarté pour apporter toute la vérité sur cet accident mortel. Il fallait aussi épuiser tous les recours possibles pour  pouvoir raconter cette affaire avec  des détails contradictoires suffisants et  d’en assumer le deuil avant tout.

JN : Qu’est ce qui vous a guidé pour dévoiler toutes ces vérités ?

BO : Au vu de la procédure exercée et de certaines situations non éclairées par l’enquête , Je n’ai trouvé en fait que ce moyen pour me libérer de toute cette colère emmagasinée en moi depuis des années. C’est un peu mon exécutoire contre l’incompréhension, l’injustice. Une vraie thérapie  a guidé ce projet de livre. Imaginez un peu tous ces procès jusqu’à la Cassation et le temps consacré : 16 ans et 5 avocats commis pour cette affaire avec un tas d’ archives qui,  faut- il encore le rappeler a ému beaucoup de gens et fait l’actualité dans la ville pendant longtemps. Croyez que j’ai eu bien  du mal à tout encaisser. Mais aujourd’hui, le temps de la réflexion passé, je me sens libre de dénoncer cette procédure défaillante et mal traitée, qui  a foiré depuis le début de l’enquête et j’en assume le tout. C’est  un livre qui vient contredire les procès et il est surtout particulièrement dédié à la mémoire de mon fils Sofiane.

JN : Avec ce livre, c’est la justice qui est directement interpellée. Pensez -vous pouvoir avec tout ce que vous apportez de nouveau comme témoignages et autres preuves rouvrir  le dossier en justice ?

BO : je l’espère de tout mon cœur. En  tous cas c’est une option qui va au-delà de la mémoire, du souvenir et du deuil qu’on porte toujours. Car, ce sont les faits constatés que la justice au vu de l’enquête n’a jamais été capable d’aller au  fond des choses pour rechercher toute la vérité. Combien même il s’agit d’une entité publique comme les sapeurs pompiers dont le chauffeur et son responsable ont été mis en cause. Ce dossier a été dès le départ de l’enquête à notre défaveur malgré toutes les erreurs de l’enquête qu’on a pu signaler ici et là durant les procès qui ont succédé mais rien n’a été compris ni suffisamment entendu par les juges en charge de ce dossier.
Notre mécontentement a été ressenti dès le 1er procès-verbal de police complètement bâclé.Oui, je pense que ce livre va attirer l’attention de la justice pour pouvoir accéder à la réouverture du dossier. Pourquoi pas ?
En tous cas il y a bien l’intention de faire réagir l’opinion pour l’amener à une bonne compréhension du fonctionnement de la justice, des services de police et sur les liens concomitants entre eux.

JN : Que souhaitez-vous à ce livre et quel est votre dernier message ?

BO : Mon seul message c’est d’affirmer avec cette contre enquête, que ce livre  rapporte une certaine vérité, accompagnée de plusieurs témoignages dont on n’a jamais voulu  tenir compte. Il s’inscrit dans une perspective de vérité et de clarté pour  dire la vérité, notre vérité à tous ceux qui nous ont accompagné ma famille et moi dans ce long périple de la justice. Et surtout les encourager à  le lire avec une pensée à mon fils  à qui ce livre est dédié pour sa mémoire..

Entretien réalisé par Jacky NAIDJA

 *«Justice pour mon fils» de Belkacem Ouggad, publié aux editions le lys bleu, octobre 2021, 175 pages, 20 euros. En vente.

Partagez notre article :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin