« LA VALSE DES LOUPS » DE MICHEL SIMON (Ed. le Robinson)

La valse des loupsSous le pseudonyme de Michel Simon, Ahmed TANJAOUI, policier de son métier, nous embarque avec « la valse des loups » dans une enquête à Marseille, au récit poignant autour de SERCY son personnage central et du commissaire De LA MAISONNEUVE. Une enquête scabreuse comme il en existe souvent dans la cité phocéenne où la criminalité est toujours présente et les mobiles trop souvent complexes.

L’auteur pour son 1er roman policier a mis tout son art pour narrer cette histoire très proche de toutes les histoires qui l’obsèdent en permanence de par son métier de policier et souvent en prise avec l’humanité révoltée, violente et criminelle. Entre sa passion de l’écriture sans économie de mots, et son métier, il nous fait entrer de plain pied dans « le roman noir » pour relater son expérience des affaires extirpées du quotidien, bouillonnantes, construites autour d’aventures et de mésaventures. Et nous entraîner avec ce livre dans les rues de Marseille à travers les rebondissements successifs d’une enquête sulfureuse.

Lors de notre rencontre, il a accepté avec grande humilité de nous en dire plus sur son roman, sa passion pour l’écriture, sur la ville de Marseille qui l’inspire où la fiction et la réalité ne cessent d’abonder.

INTERVIEW

Michel SimonSalama Magazine : Vous venez de publier votre 1er roman policier « la valse des loups ». Comment vous est venue cette idée de récit tout à fait marseillais en prise avec le milieu ?

Michel Simon : Tout simplement de par mon métier de policier et l’expérience acquise. j’y ajoute de la passion qui est en moi pour l’écriture sur tout ce qui relève de la criminalité, des affaires judiciaires,  certaines plus douteuses où la violence prend toute sa place. J’ai connu et rencontré des gens dont le quotidien semblait tout à fait ordinaire. Mais en réalité menaient une vie qui l’était moins bien et qui n’ont pas su faire le bon choix. C’était plus » la faute à pas de chance » a-t-on coutume de dire. Destin ou choix de vie? difficile de se prononcer en toute bonne foi. Marseille est une ville attachante tout près d’Aix où je suis né et grandi. Je la connais assez pour en parler aujourd’hui où tous les milieux sont sensibles et où la mixité joue tout son rôle avec une délinquance manifeste. Une ville qui attire beaucoup mais reste sous surveillance en permanence. Dans ce livre, c’est une histoire qui tourne autour de la relation dans le travail entre deux personnes que tout oppose. Un enquêteur, un peu traîne savate qui s’intéresse de loin à ce qu’il fait et son chef, une commissaire de police à la fois intègre et exigeante. Celui-ci ne la supporte pas,  la fuit le plus souvent à cause de sa réputation d’aristocrate poissarde. Elle, ne cessant de l’inciter à s’impliquer davantage dans ses investigations. C’est ainsi que le héros va alors découvrir tout au long de son travail d’enquête que la nature humaine est sans limite dès lors qu’il s’agit de plonger et de se complaire dans les abysses de l’ignominie. Une histoire typiquement marseillaise qui se déroule dans la cité phocéenne aussi connue par la beauté de ses monuments que par ses multiples fastes criminels.

Salama Magazine : Vous avez choisi pour ce roman le pseudo de Michel Simon. En référence à quoi?

Michel Simon : J’étais à la recherche d’un pseudo pour l’écriture de ce roman policier. Et j’ai fini par faire ce choix pour le grand acteur qu’il était au théâtre et au cinéma, décédé en 1975 dont j’ai revu un de ses films récemment et que j’affectionne particulièrement. Ce livre je l’ai dédié en premier à ma fille 8 ans aujourd’hui. C’est aussi un roman en hommage à certains de mes collègues et amis ( Jean Jacques, Reynald, Pascal, Jean Paul,) tous décédés pas vraiment comme on pourrait le penser. Un manière à moi de saluer leur courage et les extraire un peu de l’oubli dans lequel une grande partie d’entre nous est vouée à tomber après notre mort..

Salama Magazine : Vous êtes déjà dans l’écriture de votre 2è roman. Dites nous un peu plus sur cette future parution?

Michel Simon : Oui tout à fait. Ce 2è roman policier a pour cadre encore la Ville de Marseille. Son personnage central  toujours Sercy est au centre d’une grande enquête aux ramifications qui dépassent nos frontières. Je ne vous en dirai pas plus. Il y a du vrai allié à de l’imaginaire et de la fiction. Et pour tout vous dire, j’ai découvert cette envie d’écrire du polar sur le tard au point d’avoir beaucoup à raconter sur des sujets et des histoires vécus professionnellement sur le terrain. Mais l’humilité fait que je ne me considère pas encore comme faisant partie de cette grande famille du Polar où j’aimerai pourtant prendre place.

Salama Magazine : Parlez-nous un peu alors de votre passion du Polar?

Michel Simon : Cette passion vient du fait que je vis intensément mon métier de policier depuis plusieurs années, surtout par les temps qui courent. Il y a aussi d’autres lectures qui m’inspirent. c’est tout ce vécu qui à un moment donné ajouté à de l’imaginaire va faciliter pour moi une histoire fabriquée de toutes pièces avec des personnages et des rôles d’instinct pour créer autour d’eux  tout le suspens nécessaire. Je reste en tous cas fier de cette intrusion dans le monde du roman noir, espérant que le public saura apprécier mon livre.

JACKY NAIDJA

Retrouvez la précédente interview de Michel Simon

Partagez notre article :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin