ENTRE TALENT ET NOTORIETE

PORTRAIT

Roschdy Zem*, c’est d’abord une grande personnalité, qu’on aborde facilement, attentif aux autres et surtout quelqu’un qui aime les gens, la famille. Qui sait parler aux autres sans distinction. Preuve en est son passage comme Président du Festival du cinéma Méditerranéen de Montpellier en.. avec cette fonction qu’il a assumée avec beaucoup de bienveillance laissant derrière lui une belle image de l’acteur, du professionnel qu’il est, du réalisateur qu’il est devenu. Grâce à des mains tendues d’autres professionnels qui l’ont aidé à construire sa carrière au cinéma commencée il y a trente ans.  

A ceux là qui lui ont donné sa chance, il sait toujours les reconnaitre et parmi eux Pierre Jolivet qui lui a offert un rôle de lieutenant dans les « les hommes du feu » pour son 6è film,  toujours prêt à s’embarquer avec lui comme tant d’autres : Xavier Beauvois, André Techiné, jusqu’au dernier Arnaud  Desplechin et son film « Roubaix une Lumière » dont le succès  infiniment grand lui a valu grâce à ce film, cette distinction personnelle de meilleur acteur dans la 45è cérémonie des César. Rencontré au milieu des journalistes dans plusieurs conférences de presse notamment dans ce festival de Montpellier, j’ai vu et entendu l’homme parler de lui avec humilité, parler de son parcours sans vantardise et dire d’où il vient. Avec cette même bienveillance aussi quand il parle des siens, de son père, de sa mère à qui il a pensé particulièrement quand il a reçu son césar de meilleur acteur, Juste pour dire d’eux : « En qui  il reconnait qu’ils ont fait ce que je suis. Je leur dois tout et soyez -en sûrs, s’ils étaient là, ils vous remercieraient un par un . je le fais pour eux. » De ses 2 enfants Nina et Chad avec Nicole son épouse, psychologue de métier, il dit qu’il mesure bien leur avenir en s’évertuant avant tout à leur transmettre le respect de l’autre et la valeur du travail.

Fils  d’une famille d’émigrés marocains, avec 3 autres frères et une sœur, qui a vécu à Drancy, de son vrai patronyme Zamzem, d’où lui vient d’ailleurs le surnom de Zem,  Roschdy Zem, a été placé dans une famille d’accueil  belge jusqu’à l’âge de 5 ans. A 17 ans, il a tenté de gagner sa vie aux Puces de Saint Ouen en vendant des Jeans. Et à 20 ans il décide d’intégrer le théâtre Mogador pour suivre des cours. Acteur, il a connu son 1er rôle dans « les Keufs » de Josiane Balasko en 1987. Aujourd’hui il a 90 films à son actif dont les plus marquants sont « Indigènes », » Omar m’a tuer » ou « Hors la loi » qui lui ont valu des prix d’interprétation et une nomination aux césar à Cannes pour « le Petit Lieutenant » de Xavier Beauvois. ». Réalisateur de » « Chocolat » avec Omar Sy, il compte 5 longs métrages en tant que réalisateur dont le premier est « Mauvaise foi », film basé sur une relation sentimentale entre une juive et un musulman qui s’inspire de sa propre vie. Et depuis, « Roubaix Une lumière », où il joue le Commissaire Daoud réalisé par son ami Arnaud Desplechin, il est reconnu comme meilleur acteur et distingué par un César.

Il est et reste celui qui le premier a ouvert la voie aux comédiens d’origine arabe et de la diversité en France.

JACKY NAIDJA

Partagez notre article :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin